Lab’ #26 – Gros Plan

Faire un tournage, sans la prise de tête de 6 mois de préparation, tenir un poste de technicien/acteur/réalisateur sans les années de formation — ça vous dit? Alors venez au Lab’ le samedi 27 novembre 2020 à 9h30 pour réaliser ce rêve!

Le Lab’ c’est, dans une seule journée, un thème imposé, un court-métrage écrit et réalisé en 8 heures.

L’activité est ouverte à tous quel que soit votre niveau. Tout ce qui compte ici,  c’est la motivation et la volonté de créer ensemble !

Pour cette édition, on fera un film sur le thème  » gros plan ». La façon de traiter ce sujet sera décidé le matin du Lab’. Pensez à amener des costumes et accessoires.

Déroulement

A 9h30, le Lab’ débute par une analyse du résultat du Lab’ précédent, avec un retour d’expérience des personnes présentes sur celui-ci. Puis, nous discutons sur le thème du Lab’ et les points clés à retenir pour le brainstorming des pitchs, ce qui permet au final de choisir le scénario à écrire.

Comme le temps est compté, on se départage rapidement les rôles (réalisation, écriture, acteurs, caméra, son, lumières…). D’autres personnes peuvent venir à tout moment nous rejoindre s’ils le veulent, pour donner un coup de main ou juste pour voir comment se déroule un tournage.

Selon les besoins, certaines taches sont cumulables (dans la limite du raisonnable: il est difficile d’être à la fois cameraman et acteur, par exemple ! ). Vous serez accompagnés par des membres du club qui vous partageront leurs compétences techniques et leurs connaissances.

Au bout d’une demie-heure le pitch du court-métrage est décidé, les décors et les scènes sont identifiées, et l’équipe technique peut repérer les lieux de tournage, et préparer le « plateau ». Pendant ce temps le réalisateur et les acteurs travaillent sur les personnages et les textes. Dès que les acteurs sont prêts, on commence à filmer et dès qu’une séquence est filmée, on la passe au monteur pour qu’il commence sa partie du travail. Et ainsi de suite jusqu’à la fin de la journée et du film.

Le film est monté, est le visionnage se fait au prochain Lab’, le Lab’27 prévu pour le 29 janvier.

Revoir les dernières éditions :

Infos Pratiques

Le RDV se fait au bâtiment 399 (Maison des Paris-Sudiens), à 9h30. Venez nombreux ! (et ne vous inquiétez pas, il y aura des flèches à l’intérieur du bâtiment pour guider votre chemin vers nous…)

Repas du midi non pris en charge, pensez à apporter votre casse-croûte pour éviter de périr d’inanition.

TCCOF les lundis à 18h

Nous avons décidé de mettre le TCCOF en présenciel le lundi à 18h, en sortie de cours. C’est l’occasion de faire connaissance avec les membres de l’association, planifier les tournages ou les ateliers à venir, recruter les équipes, trouver des mentors pour préparer une idée de film, trouver des conseils, des contacts. Se tenir au courant de l’avancement des tournages précédents. Et parfois: voir les montages fraichement terminés en avant première. C’est aussi le moment de partager notre passion pour le cinéma et trouver de nouvelles affinités.

A lundi, 18h à la MaPS.

Lab’ en mode expert! (le 27 octobre…)

man in button up shirt
Photo by Khaled Reese on Pexels.com

Si vous lisez ceci, il y a de fortes chances que vous connaissiez bien le Lab’: un événement bien sympathique (organisé par les gens du CCOF) qui offre à chacun la possibilité de s’initier au cinéma en participant à un tournage de court-métrage sur une journée.

Vous qui avez déjà participé à ces genre de choses, sachez que le samedi 27 octobre 2018, il y aura un Lab’ spécial pour vous! Cette fois-ci, au lieu d’un thème, on se réunira autour d’une contrainte qui servira à aller plus loin dans la technique du cinéma.

Cette contrainte sera…. le cadre imposé! Comment faire tout un court-métrage avec un cadre imposé? C’est cela qu’on va découvrir ensemble!

(Et oui, vous avez le droit de faire un film d’Halloween si vous vous mettez d’accord, c’est la saison des citrouilles…)

Lire la suite de « Lab’ en mode expert! (le 27 octobre…) »

Lab’ #14: Un nouveau départ

Vous avez toujours voulu participer au tournage d’un film?  Alors n’hésitez plus, et venez au Lab’ le samedi 29 septembre 2018 à 9h30 !

Le Lab’ c’est, dans une seule journée, une réalisation commune d’un court-métrage (du scénario au tournage), qui sera ensuite monté (le jour même, s’il reste suffisamment de temps…)

L’activité est ouverte à tous quel que soit votre niveau. Tout ce qui compte ici,  c’est la motivation et la volonté de créer ensemble !

Pour cette édition, comme c’est la rentrée, nous allons aborder ensemble le thème (à résonance universelle) du « nouveau départ ». La façon de traiter ce sujet sera décidé le matin du Lab’.

Lire la suite de « Lab’ #14: Un nouveau départ »

Annulé: Mixage son 31 mars pour cause de maladie

Le cours de mixage son initialement prévu pour le 31 mars est annulé, et peut-être reporté, pour cause de maladie. Damien ne peut pas assurer l’atelier demain étant donné l’état de sa santé.
Je serais au club Samedi de toutes façons, pour toutes les personnes qui n’auront pas vu ce message, et pour toutes les personnes qui ont envie de profiter de ce moment pour developer leur projets.
Un doodle sera proposé pour que les personnes intéressés par cet atelier puissent indiquer leur disponibilité.
A samedi d’après, le 7 avril, pour un atelier de lumière.

Lab’ Films de Propagande

Vous avez toujours voulu participer au tournage d’un film? Alors n’hésitez plus, et venez au Lab’ le samedi 3 mars 2017 à 9h30 !

Le Lab’ c’est, dans une seule journée, une réalisation commune d’un court-métrage (du scénario au montage )

L’activité est ouverte à tous quel que soit votre niveau. Tout ce qui compte ici,  c’est la motivation et la volonté de créer ensemble !

Pour cette édition, on fera un « Film de propagande ».

Lire la suite de « Lab’ Films de Propagande »

‘Croq’Messieurs’: l’interview surprise

pexels-photo-65128.jpegA l’occasion de la sortie du court-métrage « Croq’Messieurs », le réalisateur (et membre du Camera Club Orsay Faculté!) Charlie Datchia livre enfin ses secrets dans un interview exclusif!

Quelle a été le point de départ du film?

Voilà, ce que je voulais, c’était de raconter une histoire qui doit surprendre le spectateur, que le spectateur ne soit pas qu’un simple personnage passif d’une narration, qu’il soit aussi un acteur de ce qu’il voit, et je pense (avec beaucoup de modestie) avoir réussi en ce qui concerne ce point-là. Et pourtant ce n’était pas facile!

Quel réalisateur t’a inspiré le plus?

 J’avais au départ envie de faire un film un peu dans le style de « Devine qui vient diner » [en anglais «Guess Who’s Coming to Dinner»] de Stanley Kramer, mais au final l’inspiration est venu des tableaux de Hopper, plus précisément d’un tableau qui s’appelle «Nighthawks». Mais je garde dans un coin de ma tête un projet plus proche du film de Kramer, que j’espère réaliser prochainement.

 Quelle a été la plus grande difficulté lors du tournage?

La plus grande difficulté, c’était de trouver un lieu. Pour ce film il me fallait un lieu totalement différent par rapport à mon premier film qui s’était tourné dans un bar. Ici je voulais quelque chose de plus chic, et c’est en discutant avec une amie d’enfance dans IKEA qu’on m’a alors parlé du restaurant 107 (sur Palaiseau). Je suis allé voir le propriétaire, il m’a donné son accord, et le projet a pu alors se lancer.

Lorsque on écrit une histoire, on imagine toujours un lieu dans lequel on souhaite qu’il se déroule, mais souvent la réalité est tout autre,  car tourner dans un bar/restaurant est souvent compliqué (surtout si on n’a pas de financement pour soutenir son projet!). Il faut se battre, montrer sa volonté de faire le film.

Et quand tu as réussi à convaincre un restaurateur que ton projet est bon, que tu n’est pas là pour donner une mauvaise image de son restaurant, que tu es sérieux et que tu as une bonne équipe, qu’il te laisse alors faire le film chez lui (et qu’en plus tu as toute liberté de travailler) alors c’est vraiment super.

Quand tu as ton lieu, il te faut maintenant trouver une équipe capable de répondre aux difficultés techniques que peut avoir ton film. Je peux dire que j’ai eu de la chance pour ce qui est de l’équipe technique, comme cela fait des années que je suis membre du CCOF j’ai eu largement le temps de rencontrer et discuter avec des gens, leur expliquer mon projet, etc…

Mais la chose la plus fantastique a été mon chef opérateur, Jonathan
Bondu (lui-même membre du club depuis longtemps) qui a su répondre exactement à mes demandes et à motiver d’autres personnes à venir travailler avec moi. Le truc cool, c’est vraiment le club lui-même, tu partages ton idée et des gens viennent te donner un coup de main dans l’écriture du scénario, ou même t’aider au moment du tournage et en post-production (montage, étalonnage, mixage son…)

 Comment s’est passée la direction des acteurs?

Je pense (et j’espère!) que la direction des acteurs s’est bien passé, j’ai vraiment pris plaisir à essayer de diriger les comédiens et les techniciens dans ce que je voulais obtenir d’eux, sans pour autant leur manquer de respect dans le travail qu’ils ont à faire les uns, les autres.

 Quel conseil donnerais-tu à un réalisateur débutant qui viendrait d’arriver au CCOF?

Quoi ??? Tu veux réaliser des films ???  FAIS-LE !!! Ne fais surtout pas comme moi, vas-y fonce et ne regarde pas en arrière, j’ai perdu beaucoup de temps à essayer de voir si j’étais capable de réaliser. Tu VEUX FAIRE des FILMS, fais le, et si c’est pas bien, c’est pas grave, la prochaine sera mieux! Et ainsi de suite, si tu te pose trop de questions tu risque de passer à côté d’un kiffe énorme de voir que ce que tu as écrit  devenir enfin image, et que c’est dans l’esprit de ce que tu voulais raconter. Voilà mon conseil. Et j’ai envie de recommencer un autre film car j’aime trop cette sensation de créer!

 

Afin de pleinement apprécier l’atmosphère du tournage de ‘Croq’Messieurs’, voici des images prises sur le vif:

Pour voir les photos du tournage, cliquez ici!

Vous parlez Révanl ?

Jean, alias « John Acnée », nous propose un petit film essai : Temps mêlés


Ce petit clip vise à tester un procédé de tournage en « rèvanl ». Cela consiste à faire jouer les acteurs à l’envers, mouvements et paroles (d’où rèvanl qui n’est autre que « l’envers » prononcé à l’envers) et à inverser la bande pour le visionnement.  Dans ce clip, l’un des acteurs joue à l’endroit et l’autre en rèvanl, avec inversion des rôles à mi parcours, comme si l’un remontait le temps et l’autre le descendait.

Dans ce film, vous verrez en première partie le résultat monté d’une petite scène à deux acteurs et en deuxième partie la version telle qu’elle a été tournée.

Pour la suite de cette recherche, l’idée sera de concevoir un scénario (toutes bonnes volontés CCOF bienvenues) utilisant ce procédé dans une histoire jouant sur le temps…

John Acnée